BPMN
DMN, DRD et BPMN

12 Mai 2020

DMN est un langage de modélisation utilisable pour la spécification de décisions. La modélisation est facilement lisible par différents types de personnes impliquées dans leur gestion.

En effet, le principal objectif de DMN est de fournir une notation commune facilement compréhensible par tous, utilisateurs et professionnels, les analystes commerciaux devant créer des exigences de décision, puis des modèles de décision plus détaillés, les développeurs chargés d'automatiser des décisions issues de processus, et enfin, les managers qui géreront et surveilleront ces décisions.

DMN crée un pont normalisé entre la conception de la décision commerciale et mise en œuvre de la décision. DMN est conçu pour fonctionner aux côtés du standard de notation BPMN.et/ou CMMN. Il fournit un mécanisme de représentation graphique de la prise de décision associée aux processus et aux cas. Bien que BPMN, CMMN et DMN aient été conçu pour fonctionner ensemble, il est possible de les utiliser indépendamment l’un de l’autre.

Présentation Générale

Une décision représente l'action de déterminer une réponse à une question métier, en appliquant des connaissances et règles métiers, à un ensemble spécifié de valeurs, en entrée.

DMN définit deux niveaux d'abstraction pour décrire une décision :
• Le niveau des « exigences » (DRL : Decision Requirements Level)
• Le niveau logique (DLL : Decision Logic Level)

Sur le premier niveau, l’objectif est de représenter les décisions et leurs dépendances. Il est possible de le formaliser avec un un ensemble de diagrammes appelé DRD pour « Decision Requirements Diagrams ». L'ensemble des DRD forme un graphe (DRG – Decision Requirements Graph) permettant de représenter des décisions métiers complexes, de bout en bout.

Le DRD (Decision Requirements Diagram)

Le DRD a pour objectif de décrire le domaine d’une décision, c’est-à-dire :

1) les « éléments » nécessaires à la prise de décision
2) les relations de dépendances entre ces « éléments »

La modélisation d’une décision à plusieurs avantages. Un modèle graphique, offre une vision claire, factuelle et partagée d’une décision. Cette même représentation permettra une automatisation, et enfin, la modélisation identifie rapidement les manques dans le processus de décision (données en entrée et/ou connaissance métier).

Les éléments du DRD

Quatre éléments principaux sont utilisés pour modéliser une décision. Les deux premiers sont obligatoires, les deux derniers facultatifs :

• La décision. Nous l’avons vu, c’est l’action de déterminer un résultat, de déterminer une réponse en sortie en fonction d’un nombre défini d’entrées (Input).
• Une donnée d’entrée (Input Data). Représente une information. Elle peut être utilisée par une ou plusieurs décisions.
• Le modèle de connaissance métier (Business Knowledge Model). Il représente une connaissance métier, les règles utilisées, une logique de décision. Un Modèle de connaissance métier s’utile comme une fonction, que l’on appelle avec des paramètres spécifiques à chaque contexte. Son objectif premier est la réutilisation.
• Une source de connaissance (Knowledge Source). C’est l’autorité du modèle de connaissance (une loi, une norme, un expert ou un référentiel métier).

Les dépendances, les exigences ou les liens

Les décisions dépendent d’un certain nombre de facteurs ou encore d’exigences. Ces liens permettent de représenter la décision.

On notera :
• Une exigence d’information (Information Requirement) qui représente un facteur de décision. (Celui-ci peut être le résultat d’une décision intermédiaire)
• Une exigence de connaissance (Knowledge Requirement), directement liée au modèle de connaissance métier
• Une exigence « d’autorité » (Authority Requirement), enfin, qui formalise l’existence d’une dépendance entre deux éléments. Par exemple, un responsable, une loi, la recherche d’une cohérence avec un document unificateur.

Les artefacts

Ce sont les annotations, les commentaires qui sont ajoutés à la représentation graphique à des fins d’explications ou de clarification.

Exemple de représentation

La modélisation d’une décision sous la forme d’un DRD a pour avantage de :

• Offrir une vision claire et partagée de la décision en termes de logique et de prérequis,
• Mettre en avant les opportunités d’automatisation,
• Mettre en évidence les éventuels manques au niveau des éléments attendus en amont de la décision (données en entrée ou connaissance métier).

Image description

Exemple de recevabilité d’un Appel d’Offre

On peut retrouver plusieurs décisions dans un seul DRD. En effet, une décision complexe est souvent décomposée en un ensemble de (sous) décisions intermédiaires (le résultat d'une décision devenant alors un prérequis de la décision suivante et donc une valeur en entrée).

Sur cet exemple la décision principale « Décider de la recevabilité d’un Appel d’offre», représentée tout en haut du DRD, est constituée de deux décisions secondaires « Recevabilité de la candidature » OU « Recevabilité de l’Offre ».

Le référentiel n°12 est considéré comme Source de connaissance pour chacune des décisions secondaires. Les règles métier, qu’il convient d’appliquer pour décider de la recevabilité d’une offre, proviennent de ce document de référence.

Image description

Complémentarité de DMN avec BPMN

La notation DMN peut s’utiliser seule ou bien en complément de la notation BPMN. Chaque Décision peut être utilisée par un processus ou une tâche, comme indiqué sur l’extrait ci-dessous.

Dans un diagramme BPMN, il suffit alors de remplacer une multitude de branchements en cascade par une seule tâche de type Business Rules, symbolisée par une petite table de décision en haut à gauche, pour faire le lien avec un diagramme DMN.

La bonne pratique est de nommer à l’identique la tâche du diagramme BPMN et la décision principale du diagramme DMN.

Image description